Se connaître soi-même

Je suis de retour...

Je sais, je n’ai pas écrit depuis plusieurs mois. Je pense même que la dernière fois que je vous ai écrit c’était la journée de ma fête ce qui remonte à environ 4 mois. J’avais quitté JI, car je pensais qu’écrire était inutile. Maintenant, j’en ressens encore plus le besoin qu’avant.

Vous savez en quatre mois, il s’en passe des choses et je n’ai pas l’intention de vous en faire un roman aujourd’hui, mais j’ai des choses dont j’ai envie de parler et c’est là-dessus que je vais vous faire la mise au point au courant des prochains jours.

Pour ceux qui se souviennent de moi, j’étais censé commencer l’université au mois de septembre dernier. Eh bien, la petite femme motivée que j’étais au mois de juin, ne l’ai plus vraiment au mois de novembre. Que s’est-il passé ? Pour vrai, je n’en ai aucune idée ! Je déteste l’université, c’est tellement impersonnel. Le prof entre dans la classe donne sa matière et rentre chez lui. Aucune interaction en classe, tu es laissé à toi-même. Je ne suis peut-être pas faite pour ça, pour ce genre d’enseignement.

En fait, j’ai toujours su que je ne rentrais pas dans le moule de la société. J’ai toujours été très différente, avec des besoins différents et j’ai toujours vu la vie d’une autre façon. Ma façon ! Bref, j’ai toujours vécu dans ma bulle. Je déteste l’université, enfin c’est dit ! Je déteste le fait que je déteste ça, car plus je déteste ça et plus j’ai de la misère à être motivé, ce qui me donne envie d’abandonner. Je déteste avoir envie d’abandonner et je déteste me dire que je n’y arrive tout simplement pas.

Au départ, j’allais à l’université pour moi, pour voir si j’allais aimer ça, mais maintenant je ne sais plus pourquoi je fais ça. Quelles sont mes raisons ? Pourquoi est-ce que je veux tellement ce diplôme ? Je n’ai peut-être juste pas choisi une branche qui me convienne ?

Bref, je suis en grande réflexion, si je poursuis ou non. J’ai juste qu’à vendredi pour me décider, car les inscriptions pour la prochaine session se terminent cette journée-là. Étant donné que nous sommes en mi-session, j’attends de voir mes notes dans les deux cours que je suis avant de prendre une décision.

Je sais que c’est ridicule et que ce n’est pas parce que je passe mes cours que je devrais poursuivre et que ce n’est pas parce que je coule que je devrais arrêter. Mais étant donné que je ne sais pas ce que je veux, il faut bien trouver une façon de trancher non ? Donc, me voilà à attendre de recevoir mes notes d’examen de la mi-session avant de prendre une décision.

C’est peut-être aussi le fait que je travaille 50 heures et que j’ai deux cours de soir par semaine qui fait que je manque de motivation et de temps à consacrer à mes études qui me font autant douter. En fait c’est stupide, car quand je me suis inscrite, je savais que ce serait difficile. Et en plus de l’ouvrage, de l’école, j’ai les obligations familiales… Gardons ce sujet pour une autre fois, car je n’ai vraiment pas envie d’en parler pour l’instant.

Pour être honnête, je ne sais pas ce que je veux. J’ai peur qu’en arrêtant, je déçoive les gens de mon entourage. C’est ridicule, car leur opinion ne devrait pas compter autant et pourtant ce sont ses opinions qui comptent le plus à mes yeux. Et ces temps-ci j’ai l’impression de décevoir tout le monde autour de moi. Ça leur ferait tout simplement une déception de plus. C’est peut-être aussi juste dans ma tête. J’ai peur en arrêtant de le regretter. Comme si je n’avais pas vraiment tenté ma chance, fait tout ce que je peux pour y arriver. Et si j’étais simplement moi-même en train de me mettre dans bâtons dans les roues.

D’un autre côté, j’ai peur qu’en continuant, je m’oublie dans le processus. Que je perde de vue les vraies raisons qui m’ont poussées au départ à entreprendre cette grande aventure. Maintenant que je me vois écrire le mot aventure, je suis en train de me dire que c’est peut-être ça le problème… j’ai arrêté de voir ça comme l’aventure que c’est censé être et je vois ça plus comme une corvée que je fais pour faire plaisir à tout le monde.

Dans tous les cas, je dois réfléchir, car j’ai une décision à prendre, et j’ai moins d’une semaine pour la prendre. Espérons que je fasse le bon choix, car dans la vie tout est une question de choix avec lesquels, nous devons vivre.

-XXX-

-Roni-