Se connaître soi-même

Prendre la vie du bon côté

Je pense que les choses vont commencer tranquillement à se replacer. C’est peut-être optimiste de ma part de penser ainsi, mais j’ai un bon pressentiment. J’ai parlé avec mon boss aujourd’hui à propos de mon problème avec D. et les choses devraient se régler d’elles-mêmes.

Pour ce qui est de l’école, mon cours de droit va bien, même plus que je ne pouvais souhaiter et mon cours de math, même si ça n’allait pas super bien au départ, je commence tranquillement à débloquer et à m’en sortir. Disons, simplement que j’ai un bon feeling à ce propos.

Les fêtes arrivent et j’ai décidé de prendre ça une journée à la fois. On n’y peut rien et on ne choisit pas sa famille, on fait avec. Donc aussi bien prendre ça une journée à la fois, jusqu’à ce que les fêtes soient passées. Je vais profiter de mes dernières journées de liberté pour finir mes achats de Noël, ainsi je ne serais pas prise à la dernière minute.

Pour ce qui est du mariage, vendredi je vais voir si je ne trouverais pas par hasard une robe, sinon, eh bien, tant pis. Je pourrais toujours mettre une robe que j’ai déjà en ma possession. Ensuite, je dois trouver du temps pour aller habiller mon chum et mon frère et il ne va manquer que de communiquer avec le notaire et réserver le restaurant. Pas plus de stress que ça !

J’ai envie de prendre la vie du bon côté, sans stress. Une étape à la fois comme on dit. Pourquoi devrais-je me stresser pour plein de choses sans importance. La vie n’est qu’une question de choix, de décision et de comment on décide de voir la vie. Continuons dans cette belle aventure.

D’ailleurs, je discutais avec les gars à ma job et c’est là que j’ai eu l’illumination de ma vie. Toutes leurs conjointes ont des problèmes avec leur belle-famille. Finalement, je me rends compte que ça doit être le lot de chaque belle-fille de ne pas se faire aimer par leur belle-mère ou leur belle-sœur. Donc, je me dis pourquoi devrais-je m’en faire. L’important, c’est que mon conjoint m’a choisi moi et personne d’autre, le reste n’a plus d’importance.

-XXX-

-Roni-